Édouard Philippe entend les gilets jaunes, mais il en reste là

abstract art color conceptual
Photo de Pixabay sur Pexels.com

C’est vrai, dimanche soir au 20 heures de France 2, Édouard Philippe n’a rien dit de nouveau. Il n’avait pas de mesure spectaculaire à offrir aux gilets jaunes.

Aurait-il dû s’abstenir d’aller à la télévision sous prétexte qu’il n’avait pas d’annonce à faire ? Pas le moindre million à distribuer ? Pas la moindre mesure fiscale à annoncer ? Lire la suite « Édouard Philippe entend les gilets jaunes, mais il en reste là »

Marseille, le lion est seul

marseilleSouvent, pour décrire le tempérament d’un baron de la politique, on parle d’un vieux lion à la puissance rugissante. Pour qualifier Jean-Claude Gaudin,  on évoquait volontiers un lion affable, cajolant, tant il mettait en avant sa jovialité désarmante. À tel point que même ses adversaires les plus féroces le disaient “intouchable”.  Les éventuels prétendants à sa succession en convenaient: pas question de l’attaquer directement. Jean-Luc Mélenchon expliquait ce phénomène par un constat. Partout où il allait dans la cité phocéenne, “la municipalité était critiquée, mais pas le maire”. Seul Renaud Muselier,  son ancien dauphin – qu’il n’adouba pas, bien au contraire – avait osé critiquer le “mauvais maire”, et ses “deux mandats de trop”. Sans émouvoir grand monde. Lire la suite « Marseille, le lion est seul »

Est-ce que ça recommence ?

orange star bokeh light
Photo de Daniel Reche sur Pexels.com

La question taraude nos esprits. Nous qui n’avons pas connu la guerre. Nous qui l’avons étudiée à l’école ou à travers les récits parcellaires de nos proches plus âgés. “On n’a su que plus tard,” disaient-ils.

Plus tard. L’expression pouvait renvoyer  à plusieurs mois, plusieurs années, quand elle ne signifiait pas beaucoup plus tard, à la fin de la guerre. Qu’aurais-je fait à sa place ? Aurais-je compris l’ampleur de la catastrophe à venir? En 2018, en France, les actes antisémites ont progressé de 69%. Nous savons donc.

Nous savons que des juifs ont été assassinés en France uniquement parce qu’ils étaient juifs. Nous savons à quoi peuvent mener la passivité, l’indifférence et la lâcheté quotidienne. Nous savons la haine abritée par l’anonymat des réseaux sociaux, version moderne de la délation anonyme. Le gouvernement envisage de lancer un “chantier législatif”sur ce fléau en 2019. Enfin.

Mais nous savons aussi que la lutte contre l’antisémitisme, le racisme et la xénophobie passe par chacun d’entre nous. A chaque remarque, à chaque acte marqué par la stigmatisation de la différence. Parce que nous ne pourrons pas dire que nous ne savions pas.