Il est des coïncidences révélatrices. 

À la veille de l’ouverture du procès des attentats contre Charlie, Valeurs Actuelle publie un conte assimilant la députée Obono à une esclave. Il est tentant d’englober le tout sous le concept de la liberté d’expression, comme si le racisme, même insidieux, pouvait se discuter. 

L’image publiée par Valeurs Actuelles est choquante. Elle a suscité une indignation unanime, au point que l’on oublie le texte qui accompagne ce dessin. Or, non seulement le conte imaginé par Valeurs Actuelles est contestable, mais il est aussi révélateur d’un mouvement insidieux dangereux. Sous couvert de débat républicain, tolérant, ouvert à tous, des positions inacceptables deviendraient subrepticement des positions qu’il conviendrait de contrer par la raison. Or, le racisme n’est pas une opinion raisonnable, c’est une position inadmissible.

Reprenons l’exercice auquel s’est livré Valeurs Actuelles. Passons sur la logique assimilant une personne à sa couleur. Tout a déjà été dit. La réduction de Valeurs Actuelles a des relents tout aussi racistes que le tweet de Danièle Obono saluant la nomination de Jean Castex par ces mots «  profil : homme blanc de droite bien techno ». Réduire quiconque à sa couleur est raciste. 

Mais il faut lire la fiction imaginée par Valeurs Actuelles pour mesurer ce qu’elle révèle d’une approche fausse vis-à-vis de l’esclavage destinée à rassurer la bonne conscience des sociétés qui l’ont pratiqué. 

Résumons ce conte. Danièle Obono se réveille dans une tribu africaine au XVIIIe siècle. Elle s’y sent bien jusqu’à ce que le chef du village l’abandonne à des nomades travaillant pour des négriers arabes. Arrêtons-nous sur ce début. Que faut-il comprendre ? Que l’esclavage a été inventé par ceux-là mêmes qui l’ont subi, les tribus noires africaines. Les Européens qui se sont livrés à la traite n’ont donc rien inventé.  Vieux réflexe enfantin du « c’est pas moi qui aie commencé ». Viens ensuite la deuxième. « Quand j’ai su, j’ai essayé de corriger ». 

Reprenons cette fiction. Après un long calvaire dans cette caravane d’esclaves, l’héroïne de ce conte est vendue à un Turc auprès duquel elle reste trois ans, période que le narrateur décrirait comme presque « heureuse [s’il] n’y manquait d’être maître de son destin ». Voici le bon vieux mythe du « bon maître » qui ne frappe pas son esclave, mais le loge, le nourrit et l’habille. Mais l’esclave est privée de liberté, l’auteur admet que l’héroïne de ce conte ne peut être heureuse. Elle y parvient cependant quand elle est rachetée par un chrétien blanc qui l’embarque pour Marseille. Et là, volontairement, ne connaissant personne, elle se rend de son plein gré dans un monastère où elle découvre la « chose la plus importante au monde  : aimer et être aimé. Tout le reste n’est que mascarade et esclavage ». Nous touchons là un des mythes destinés à consoler notre conscience face à l’esclavage, non seulement nous ne l’avons pas inventé, mais nous l’avons adouci. 

C’est le grand argument opposé à ceux qui s’attardent sur le Code Noir rédigé par Colbert. Ils seraient coupables de le lire avec des yeux contemporains sans tenir compte du contexte. Mais ce sont ceux-là qui conservent leurs visières du vingtième siècle pour interpréter ce règlement. Le Code Noir était une réglementation destinée à préserver la main d’oeuvre noire pour des raisons commerciales et non humanitaires. Il n’a pas adouci la condition des esclaves. Certes, le maître est désormais obligé de nourrir son esclave, mais c’est parce que le Code Noir retire à l’esclave la possibilité de posséder sa petite parcelle de terre destinée à sa propre culture vivrière (qui pouvait lui permettre de constituer des réserves pour s’enfuir). Autre recul fondamental, le statut des enfants né d’une esclave et d’un maître. Auparavant, la tradition était que cet enfant naissait libre, comme son père. Or, ces enfants étaient de plus en plus nombreux, et les propriétaires d’esclaves n’y trouvaient plus leur compte. Le Code Noir remédia à ce problème en posant que l’enfant d’une esclave demeurait esclave, quel que soit son père, sauf mariage des parents, que le maître avait toute liberté de refuser. Il est facile d’imaginer où se situait son intérêt. 

La question n’est pas de juger le Code Noir, il est seulement de décrire ce qu’il était, dans son contexte. Le rôle de l’histoire n’est pas de nous donner bonne ou mauvaise conscience. Ceux qui s’efforcent de lire ce passé en minorant le rôle des puissances qui se sont livrées à la traite se trompent autant que ceux qui prétendent faire porter la responsabilité de l’esclavage sur les épaules de responsables d’aujourd’hui. Il ne faut jamais confondre les individus avec les idées, les principes ou les croyances qui les lie, qu’il s’agisse d’une religion ou d’une nation. 

La critique du rôle de la France dans l’esclavage n’est pas l’accusation des personnes qui l’ont pratiqué il y a plusieurs siècles, et encore moins celle de leurs descendants. Tout comme la critique d’une religion n’est pas celle de ses fidèles. Les caricatures de Charlie visaient une entité, une religion, pas des personnes. La réduction de D. Obono à sa couleur de peau vise sa personne, pas ses idées. C’est en cela qu’elle relève du racisme, et qu’une enquête préliminaire a été ouverte. C’est en cela que la liberté d’expression s’applique aux caricatures de Charlie et pas au conte de Valeurs Actuelles.

(article publié par noslendemains.fr http://noslendemains.fr/de-charlie-a-obono-la-progression-des-insidieux/ )

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s